Lien

Discours prononcés par le Secrétaire Général Adjoint de la COBAC à l'occasion de l'atelier de formation à l'utilisation de l'applicatif eSESAME

Discours prononcés par le Secrétaire Général Adjoint de la COBAC, Monsieur Maurice Christian OUANZIN, à l'occasion de l'atelier de formation à l'utilisation de l'applicatif eSESAME à l’attention des établissements de microfinance de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC), les 24 et 25 mai 2018 à Libreville.

Les thèmes retenus pour ces travaux ont porté sur la présentation détaillée de la démarche d’élaboration des états déclaratifs des établissements de microfinance et sur la présentation de la démarche de transmission des états réglementaires, via le portail eSESAME.

Dans son propos introductif, le Secrétaire Général Adjoint de la COBAC a souligné l’importance grandissante que revêt le secteur de la microfinance dans la CEMAC et relevé le caractère central du reporting réglementaire, pour une supervision efficace du secteur. A cet effet, il a rappelé qu'en tant que principale source de collecte d’informations sur ce secteur, le reporting des EMF a une importance capitale, en ce sens qu'il constitue une aide judicieuse pour l’orientation des politiques nationales et permet de calibrer le dispositif de supervision applicable aux EMF, ainsi que les décisions de la Commission Bancaire y afférentes.

Partant, des constats relevés à l'issue des missions diligentées auprès des EMF lesquels mettent en exergue des anomalies récurrentes liées à la qualité et à la fiabilité du reporting produit, il a justifié la nécessité de tenir ledit atelier. A ce propos, il a notamment relevé les mauvaises imputations comptables régulièrement identifiées, les déclarations imcomplètes et l'absence de certains états essentiels pour l’appréciation de la situation prudentielle des EMF, notamment ceux relatifs aux engagements du hors bilan, à la division des risques, aux engagements en faveur des apparentés et aux informations statistiques.

Il a également indiqué que le nouveau paysage règlementaire déployé impose, comme le précédent, diverses obligations auxquelles il convient de se conformer scrupuleusement. Mieux, les mesures coercitives édictées, en cas d’infraction, notamment au plan du reporting, y sont également plus lourdes.

Dans son mot de clôture, le Secrétaire Général Adjoint de la COBAC, après avoir souligné l'importance grandissante du secteur de la microfinance, a notamment insisté sur la nécessité d'une surveillance désormais plus stricte des activités de ce secteur par l’ensemble des Autorités impliquées dans son contrôle.

 

 

  1. Discours d'ouverture du SGA de la COBAC à l'atelier de formation sur l'applicatif eSESAME, Libreville les 24 et 25 mai 2018 - 96,12 Ko
  2. Discours de clôture du SGA de la COBAC à l'atelier de formation sur l'applicatif eSESAME, Libreville les 24 et 25 mai 2018 - 96,78 Ko