Lien

Communiqué de presse du Conseil d'administration du FMI sur les politiques communes de la CEMAC

Le 15 décembre 2017, le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a conclu les entretiens annuels avec la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) ...

Les autorités nationales et les institutions régionales de la CEMAC ont commencé à prendre des mesures pour rétablir la stabilité extérieure et budgétaire après la forte chute des cours du pétrole. Elles ont décidé d’engager une riposte énergique et concertée dans tous les pays membres, et chacun d’entre eux a convenu de faire appel au concours du FMI pour mettre en œuvre cette stratégie. Trois pays (Cameroun, Gabon et Tchad) ont adopté de nouveaux programmes appuyés par le FMI, tandis que la République centrafricaine a ajusté un programme existant. La banque centrale régionale (BEAC) et l’autorité régionale de contrôle bancaire (COBAC) ont commencé à mettre en œuvre des mesures de soutien pour contribuer à reconstituer les réserves régionales et assurer la stabilité du secteur financier dans le cadre d’un ensemble complet d’engagements de politique économique. La BEAC a notamment durci sa politique monétaire en relevant son taux directeur en mars 2017 et en contrôlant strictement le refinancement bancaire, et a décidé de supprimer les avances statutaires d’ici à la fin de 2017. La COBAC a commencé à prendre des mesures pour améliorer le contrôle fondé sur les risques et traiter la situation de plusieurs banques en difficulté.

Les administrateurs saluent les premières mesures prises par l’autorité régionale de contrôle bancaire visant à atténuer les risques qui pèsent sur le secteur financier. Ils encouragent la COBAC à mettre en œuvre plus fermement les mesures visant à corriger les faiblesses du secteur bancaire, en particulier à collaborer avec les banques pour réduire les prêts improductifs, améliorer l’application des règles prudentielles et résoudre les banques insolvables. Ils se félicitent aussi du passage à la supervision fondée sur les risques.

Les administrateurs considèrent que la BEAC et la COBAC ont respecté les assurances apportées dans la lettre d’appui de juin 2017 et souscrivent aux mesures décrites dans la lettre de suivi du Gouverneur de la BEAC. Ils soulignent qu’il est important d’évaluer régulièrement les politiques au niveau de l’union et de demander de nouvelles assurances à ce niveau s’il devenait nécessaire d’apporter des modifications substantielles aux politiques ou aux réformes. Ils se félicitent de l’intention des services du FMI de rendre régulièrement compte de leurs entretiens avec les autorités régionales sur leurs politiques en faveur des programmes de réforme des pays de la CEMAC.

Pour lire l'intégralité du Comuuniqué de presse, cliquer sur le lien suivant  : http://www.imf.org/fr/News/Articles/2017/12/18/pr17506-imf-executive-board-concludes-annual-discussions-on-cemac