Échanges avec partenaires

La COBAC a participé à la première réunion du Collège des superviseurs du groupe ORABANK (ORAGROUP)

Le Secrétariat Général de la Commission Bancaire de l’Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA) a invité le Secrétariat Général de la COBAC à prendre part, le 17 novembre 2015 à Abidjan, à la première réunion du collège de superviseurs de ORAGROUP, maison-mère des établissements de crédit ORABANK.

La rencontre s’inscrivait dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations du 12 et 13 du Comité de Bâle pour une supervision efficace des groupes bancaires transfrontaliers.

 En effet, le Collège des superviseurs, fortement recommandé le Comité de Bâle, est un cadre d’échange d’informations et un forum de consultation entre l’Autorité de contrôle du pays d’origine et les Autorités de contrôle des pays d’accueil au sujet du profil des risques des entités établies sous leur juridiction et des actions de supervision à mener. C’est dans ce cadre que le Collège des superviseurs du groupe Orabank a réuni, pour la première fois, outre la Commission Bancaire de l’UMOA qui fait office de l’Autorité de contrôle du pays d’origine du groupe, plusieurs autres Autorités de contrôle des filiales du groupe Orabank dont la COBAC.

 Les Collèges des superviseurs ont vocation à promouvoir une coopération renforcée entre les autorités responsables de la supervision des entités d'un groupe bancaire situé dans différents États.

 Ils ont pour objectifs principaux de :

  • partager des informations sur la situation  globale des groupes, afin de permettre une évaluation commune de leur profil de risque;
  • faire converger les approches sur l’application de la réglementation prudentielle aux différentes entités du groupe;
  • coordonner les actions de surveillance, notamment dans le cadre du contrôle sur place.

 Les travaux de cette réunion se sont déroulés en trois phases. La première est relative à la collecte préalable des données financières et prudentielles en vue de l’évaluation du profil de risque des entités du groupe par les superviseurs. La seconde consiste à mener, lors de la réunion, des échanges et des débats autour des profils de risques des entités du groupe et enfin, la dernière porte sur le relevé des conclusions.