FSI

Présentation des indicateurs de solidité financière

La crise financière internationale a fait émerger la nécessité de renforcer les techniques de supervision de manière à anticiper les événements qui pourraient avoir des conséquences néfastes sur le système bancaire. Les règles régissant les activités bancaires, afin d’asseoir une gestion prudente et une transparente des établissements de crédit, ont connu elles-mêmes à l’échelle mondiale des évolutions et des adaptations permanentes. Dès lors, des indicateurs ont été conçus comme des outils dont l’analyse permanente permet aux autorités de prendre les décisions appropriées dans les meilleurs délais.

Dans un souci d’uniformisation et de suivi de la stabilité globale des systèmes financiers, le Fonds Monétaire International (FMI) a conçu des indicateurs de solidité financière (ISF). La CEMAC, à travers les programmes d’évaluation du secteur financier (PESF), les missions de sauvegarde et celles réalisées au titre de l’article IV du FMI, a été amenée à produire régulièrement ces indicateurs.

                              I.            Cadre général

Les indicateurs de solidité financière (ISF) sont des indicateurs qui renseignent sur la santé et la solidité financières de l’ensemble des institutions financières d’un pays, ainsi que des sociétés et des ménages qui constituent la clientèle de ces institutions. Ils servent à évaluer les forces et les faiblesses des secteurs financiers des pays membres. Ces indicateurs portent sur l'adéquation des fonds propres des institutions financières, la qualité des actifs et des positions hors bilan des banques, la rentabilité et la liquidité des banques, ainsi que sur le rythme et la qualité de l'expansion du crédit. Les indicateurs de santé financière peuvent servir par exemple à analyser la sensibilité des systèmes financiers aux risques de marché, et notamment aux fluctuations des taux d'intérêt et des taux de change.

Les ISF comprennent à la fois des informations agrégées sur les institutions financières et les indicateurs qui sont représentatifs des marchés sur lesquels opèrent les établissements financiers. Appelés aussi indicateurs macroprudentiels, ils  comprennent aussi d'autres indicateurs qui permettent l'évaluation et le suivi des forces et les faiblesses des systèmes financiers, notamment les indicateurs macroéconomiques.

L’analyse macroprudentielle qui en découle est l'évaluation et la surveillance des forces et des vulnérabilités des systèmes financiers. Cette analyse s’appuie sur des informations quantitatives à la fois des ISF et des indicateurs qui fournissent une image plus large des agrégats économiques et financiers, telles que la croissance du PIB et de l'inflation. Ces informations concernent aussi la structure du système financier, des informations qualitatives sur le cadre institutionnel et réglementaire, en particulier grâce à des évaluations de conformité avec les normes internationales du secteur financier et des codes, et les résultats de tests de résistance.

                          II.            Les principaux indicateurs calculés par le FMI

Le FMI a considérablement avancé sur les travaux relatifs à la mesure et à l'analyse de la solidité financière, y compris par des activités dans le cadre du Programme d’Evaluation du Secteur Financier (PESF) et l'enquête sur l'emploi, la compilation et la diffusion d'indicateurs macroprudentiels, réalisé en 2000. Des efforts ont été aussi déployés, en particulier, pour mesurer l'utilité des indicateurs spécifiques; identifier les définitions analytiquement pertinentes de ces indicateurs;  explorer les méthodes d'analyse macroprudentielle, notamment les tests de stress; et explorer le rôle des intermédiaires financières non bancaires, le secteur des entreprises et des marchés de l'immobilier dans l'évaluation des vulnérabilités du système financier.

Plusieurs organisations internationales ont également mis l'accent sur ces ISF, notamment la Banque des Règlements Internationaux (BRI) et la Banque Centrale Européenne (BCE).

On distingue deux grandes catégories d’indicateurs : les indicateurs centraux dits de base dont la production est prescrite et des indicateurs complémentaires dont la production est encouragée. Les premiers comprennent essentiellement des indicateurs pour le secteur bancaire qui devraient avoir la priorité dans la compilation et le suivi des ISF. Les indicateurs dont la production encouragée comprend des indicateurs bancaires supplémentaires, ainsi que des données sur les autres institutions et les marchés qui sont pertinents pour évaluer la stabilité du secteur financier de l'entreprise, les marchés immobiliers, et les institutions et les marchés financiers non bancaires.