GROUPE DES SUPERVISEURS BANCAIRES FRANCOPHONES

Superviseurs des pays francophones

À la suite du vœu exprimé par les gouverneurs francophones lors de la réunion annuelle qui s'est tenue en juin 2004 à Paris, les superviseurs des pays francophones, jusqu'alors répartis entre plusieurs groupes régionaux, ont décidé de se rassembler au sein d'un groupe spécifique, le " Groupe des superviseurs bancaires francophones "

Le Groupe des superviseurs bancaires francophones (GSBF)  réunit à la fois des superviseurs des pays qui n'appartiennent pas au G10 et des superviseurs membres du Comité de Bâle, afin de développer des relations étroites avec ce dernier. La langue de travail est le français. 

La création de ce groupe s'inscrit dans la volonté continue du Comité de Bâle de développer la collaboration avec les groupes régionaux de superviseurs. Le Groupe des superviseurs bancaires francophones contribue à mieux prendre en compte les caractéristiques propres aux systèmes bancaires des États qui ne sont pas membres du Comité. De plus, il favorise la communication et le dialogue entre les superviseurs francophones et le Comité de Bâle. Cette initiative permet en outre de renforcer les relations de travail et d'améliorer le processus de consultation entre les superviseurs qui ne sont pas membres du G10 et le Comité de Bâle. Enfin, le groupe bénéficie du soutien de l'Institut de stabilité financière, organisme de formation rattaché à la BRI susceptible d'assurer des formations sur place en français. 

Le Groupe des superviseurs bancaires francophones fonctionne selon les principes classiques des groupes régionaux de superviseurs. Son président est originaire d'un pays qui n'est pas membre du Comité de Bâle. La présidence du GSBF a été assurée successivement par la Banque Centrale du Maroc (M. le gouverneur Abdellatif JOUAHRI), la Banque des États de l'Afrique Centrale (M. le gouverneur Jean-Félix MAMALEPOT puis M. le gouverneur Philibert ANDZEMBE), la Banque Centrale du Liban (M. le gouverneur Riad SALAMÉ), la Banque Centrale de Tunisie (M. le gouverneur Mustapha Kamel NABLI puis M. le gouverneur Chedly AYARI) et actuellement la Banque Centrale des États de l'Afrique de l'Ouest (M. le gouverneur Tiémoko Meyliet KONE). Le secrétariat du groupe est assuré, pour une durée de trois ans, par l'une des institutions faisant partie du Comité de Bâle, afin de favoriser les contacts entre les membres du groupe et ledit Comité. Le Secrétariat général de l'Autorité de Contrôle Prudentiel assure actuellement ce rôle. 

Le programme de travail comporte l'examen des questions présentant un intérêt commun pour les superviseurs des pays francophones. Les contacts ainsi noués permettent aux membres du groupe de prendre connaissance des différentes approches envisagées et de répondre à une crise ou à une difficulté. Les discussions relatives aux réformes internationales, tels Bâle II ou le nouveau référentiel comptable, se trouvent au cœur des travaux et ont pour objectif d'en faciliter la mise en œuvre.